lundi, 8 août 2022

Sous-traitance à l’opération

Travailleuses, travailleurs,

La semaine dernière nous vous informions, par voie de communiqué, que l’employeur faisait appel à de la sous-traitance pour pallier à un manque de main d’œuvre sur l’opération à l’électrolyse.

La compagnie, en réaction à un problème mécanique sur l’alimentation des cuves, se donna la semaine pour évaluer la pertinence d’embaucher des syndiqués du CRC.

Le problème sur les convoyeurs d’alumine persiste et nos techniciens envisagent plusieurs semaines encore avant d’y remédier.  Pendant ce temps, ce sont des sous-traitants qui acheminent l’alumine aux cuves touchées par ce problème.

Motivée par sa réduction des dépenses, la direction n’a pas l’intention d’appeler nos confrères du CRC et continuera dans la même veine pour les semaines à venir.  La principale raison invoquée par la direction est  qu’un sous-traitant coûte moins cher qu’un travailleur syndiqué.

L’offre de vos représentants d’utiliser les gens du CRC n’a pas été retenue.  Sur la même base que l’an passé, où des travailleurs du CRC ont décontaminés les cuves de la charbonite, nous aurions espéré que cette alternative soit aussi la leur cette année.

Plusieurs travailleurs du centre de revêtements des cuves sont bénéficiaires de l’assurance-emploi et voient arriver à grands pas le jour où ils recevront leur dernière prestation.

Nous vous avons fait part dans un dernier « jaseur express » des litiges entourant la sous-traitance dans l’accréditation Bureau et dans le département d’entretien.  Et bien aujourd’hui nous pouvons considérer cela comme une épidémie, car l’opération est touchée elle aussi.  Pour la compagnie, tous les moyens sont bons pour réduire les coûts.